Soulager votre dos

Le mal de dos, quand il est d’origine mécanique, se soigne avec des exercices musculaires et d’étirement de la colonne vertébrale et des muscles lombaires. Pour les douleurs spécifiques du bas du dos, les exercices sont à faire au moins 3 fois par semaine, idéalement tous les jours.

La bonne posture assise sur une chaise :

  • Ischions au bord de la chaise,
  • Pieds un peu écartés,
  • Genoux plus bas que les hanches.

La posture « à califourchon » est également une bonne posture.

Que faire pour soulager votre dos ?

Lors de la pratique de ces exercices, on ne doit jamais forcer. En cas de douleur persistante la consultation d’un médecin est fortement conseillée. Ces exercices de gymnastique sont recommandés à tout âge.

Ces exercices réparateurs ou préventifs, postures et étirements des muscles de la chaîne postérieure, pratiqués régulièrement, sont les meilleurs « remèdes » sur le long terme. Ils feront disparaître définitivement le mal au dos.

Position allongée

Durant la journée, il s’agit de prendre cette position allongée durant 10 minutes en ayant les jambes surélevées posées sur une chaise. Le but est de relâcher les muscles dorsaux en se focalisant sur les muscles lombaires pour le bas du dos, dans le creux des reins, et les trapèzes pour le haut, entre les épaules et le cou.

 Suspension à une barre

En position suspendu à une barre, on doit se détendre et sentir son corps s’allonger, genoux pliés, pieds au sol. On maintient la position le plus longtemps possible en respirant profondément. Il est risqué de sauter pour descendre quand on lâche la barre car on peut ainsi provoquer un pincement discal.

Étirement de la chaîne musculaire postérieure (étirement du Tigre)

En position couchée, les jambes sont étendues vers le haut. Cet étirement de la chaîne musculaire postérieure impose de garder les pieds fléchis, les orteils en direction du visage. Les fesses doivent être collées au mur. Les bras sont allongés le long du corps. Il faut enfin plaquer bassin et nuque contre le sol. Il est aussi possible de pratiquer des étirements du dos en position assise ou debout ou d’utiliser un appareil d’étirement.

Pour l’exercice en position debout il y a 3 actions à coordonner : pousser les fesses vers l’arrière, pousser les bras vers l’avant, garder les jambes tendues mais sans forcer.

Étirement dorso-lombaire

En position quadrupédique, l’exercice consiste à amener les cuisses sur les talons tout en expirant profondément et en descendant les épaules le plus près possible du sol.

Étirement des hanches

L’étirement des hanches consiste à amener les 2 genoux un par un, sur la poitrine. Les bras peuvent ensuite tirer pour enrouler aussi le haut du dos.

Étirements du dos en rotation (jambes au sol)

A partir de la position couchée latéral gauche, le bras gauche bloque le genou droit. Puis on fait un demi-cercle perpendiculaire au sol avec le bras droit en suivant la main du regard. On termine avec les épaules le plus près possible du sol. Il faut inspirer puis souffler en fin de mouvement pour aller plus loin. L’exercice doit être réalisé des 2 côtés.

Étirements du dos en rotation (jambes repliées)

Cet exercice d’étirement du dos en rotation s’effectue genoux fléchis à 90°. Les épaules ne doivent pas décoller du sol. Le relâchement des abdominaux obliques et des muscles de l’abdomen doit être maximal pour pouvoir poser le coté des cuisses au sol à droite puis à gauche durant au moins 30 secondes.

Étirement unilatéral du psoas

Un seul genou monte vers la poitrine, les bras aident à maintenir la posture. L’autre jambe peut se lever au début. On doit toujours être relâché pendant l’exercice. L’étirement du psoas permet d’éviter des blocages vertébraux et augmente, par un gain de souplesse et d’aisance, l’efficacité du geste sportif.

Étirement du pyramidal contre la sciatique

En position couchée sur le dos, les 2 jambes sont d’abord pliées, les pieds sont à plat sur le sol. On doit amener le pied droit sur le genou gauche puis passer les mains sous le genou gauche ou derrière la cuisse gauche selon la souplesse et tirer avec les bras vers la poitrine. On effectue ensuite le même exercice de l’autre côté. La position bras fléchis en traction doit être maintenue 20 à 30 secondes. Cet exercice soulage et prévient plus particulièrement les douleurs au bas du dos ayant pour origine une compression du nerf sciatique par le muscle pyramidal aussi appelé muscle piriforme.

Dos creux Dos rond

L’exercice Dos creux-Dos rond consiste à alterner lentement, toutes les 5 secondes, et sans a-coup, les 2 positions en dos creux puis en dos rond. Lorsqu’on est en dos creux on laisse tomber la colonne, sans forcer, le ventre bien relâché en inspirant. Ceci est un mouvement de relaxation et d’extension sans charge sur la colonne. Lorsqu’on passe en dos rond il faut rentrer le ventre en soufflant et en arrondissant la colonne et la nuque. Ceci est un mouvement de flexion sans charge sur la colonne vertébrale.

Bascule du bassin

La bascule du bassin s’effectue jambes pliées. On creuse et décreuse le bas du dos en insistant sur les séquences de contraction des différents muscles abdominaux, fesseslombaires. 

Soulevé de hanches en appui dorsal

 

Le soulevé de hanches s’effectue en poussant sur les pieds et en décollant les fesses, puis les vertèbres lombaires, puis les vertèbres dorsales. On doit maintenir la position au moins 30 secondes sans cambrer puis redescendre, dans le sens inverse de la montée, des vertèbres dorsales aux lombaires. Le soulevé de hanches est un exercice de gainage du dos utile pour le renforcement musculaire et la tonicité de la chaîne musculaire postérieure. Il est à faire en série de 3 de 30 secondes à 1 minute, avec une récupération de 30 secondes.

Extension dorsale

En Position de départ on est allongé à plat ventre sur un tapis, le dos des mains est posé sur les fesses. Le mouvement consiste à décoller au maximum les jambes du sol ainsi que la tête. Les mains restent posées sur les fesses. Il faut maintenir la position 6 secondes puis relâcher 6 secondes.

La musculation du dos

La musculation du dos peut se pratiquer avec ou sans matériel. On peut rapidement muscler le dos en pratiquant le soulevé de terre. On peut aussi utiliser un ballon de gym comme siège de travail, chez soi ou même au bureau, pour tonifier les muscles dorsaux-lombaires et affiner les sensations d’équilibre postural. Avoir un dos musclé répond à un souci de santé, ne plus avoir mal au dos, mais muscler son dos permet aussi de maigrir car la construction et l’entretien des muscles augmente le métabolisme de base.

Jambes lourdes : ce n’est pas une fatalité !

Le retour du soleil et de la chaleur, cela fait du bien au corps et au moral ! Mais pour certaines personnes, c’est aussi synonyme de jambes lourdes avec inconfort, gênes, douleurs, …

En effet, la chaleur augmente la sensation de jambes lourdes.

C’est le résultat d’une mauvaise circulation dans les vaisseaux des jambes. Il semblerait que 70 % des femmes souffrent périodiquement de jambes lourdes.

Quand tout va bien : lors de la marche, la « semelle de Lejars » (dessin n°1) agit en poussant le sang vers les veines de la jambe. Les muscles des jambes (dessin n°2), en se contractant, compriment les veines profondes et contraignent le sang à remonter (également par l’action de valvules servant à en empêcher le reflux).

(1)

(2)

Quand ça « bug » : les veines, muscles, valvules, … fonctionnent mal et le sang stagne dans le bas de la jambe.

La gêne s’accentue souvent en fin de journée, après être resté longtemps debout ou assis. C’est également amplifié quand il fait chaud, pendant les règles, la grossesse, avec la ménopause, pour les personnes en surpoids.

Ce que vous pouvez ressentir :

  • Jambes pesantes
  • Douleurs, fourmillements ou démangeaisons dans les jambes
  • Sensations de brûlures
  • Incapacité à rester longtemps en position debout sans bouger
  • Varices ou varicosités
  • Crampes
  • Chevilles gonflées
  • Crampes

Il faut toutefois faire la différence entre simple gêne et insuffisance veineuse (pathologie) qui impose une visite chez un médecin, seul professionnel de santé autorisé à poser un diagnostique. Il existe un examen qui permet de confirmer l’insuffisance veineuse : l’échographie des veines (écho-doppler).

Précautions : les conseils suivants ne valent pas l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien. En cas de doutes, vous devez consulter un professionnel de santé compétent.

Prévention & Hygiène de Vie

  • Marcher, marcher et encore marcher !
  • Eviter les bains trop chauds, l’épilation à la cire chaude et l’exposition trop longue à la chaleur
  • Terminer votre douche en passant un jet d’eau froide des pieds jusqu’aux genoux
  • Masser ses jambes de bas en haut pour réactiver la circulation. Vous pouvez, pour plus d’efficacité, le faire à l’aide d’une crème au menthol, camphre, …
  • Surélever les jambes quand vous êtes assis mais aussi dans votre lit
  • Ne pas croiser les jambes
  • Pratiquer une activité physique régulière douce de type natation, aquagym, marche… Le vélo est également recommandé car le mouvement de pédaler stimule de manière régulière la contraction des muscles des jambes. Eviter le tennis, le football ou encore le rugby car ce sont des sports trop violent.
  • Ne pas porter des vêtements trop serrés
  • Eviter de comprimer ses pieds dans des chaussures à talons hauts (entrave le mécanisme de pompe plantaire de la semelle de Lejars)
  • Mettre des bas ou collants de contention surtout lors de voyages en avion
  • Ne rester pas en position debout ou assise trop longtemps
  • Perdre du poids si vous êtes en surpoids
  • Préférer une alimentation équilibrée riche en fruits et légumes : ils contiennent des antioxydants qui permettent de protéger les vaisseaux sanguins.
  • Assaisonner les salades en prenant des huiles contenant des acides gras insaturés comme l’huile d’olive, de pépins de raisins, de noix… riches en vitamine E
  • Eviter la cigarette et l’alcool qui dilatent les veines ou le café qui favorise le syndrome des jambes lourdes
  • Ne pas manger épicé car les épices dilatent les veines
  • Nager et marcher dans l’eau
  • Boire régulièrement

Nos amies les Plantes

Ginkgo biloba

Les feuilles contiennent notamment des composés antioxydants et anticoagulants qui favorisent le tonus des veines. Grâce à ses flavonoïdes il agit comme protecteur capillaire (augmentation du tonus veineux et diminution de la perméabilité capillaire) et aussi comme vasodilatateur périphérique. Précautions : les extraits de ginkgo sont déconseillés en cas d’épilepsie et aux femmes enceintes ou qui allaitent.

Hamamélis

Les feuilles et l’écorce de l’hamamélis sont riches en flavonoïdes et en tanins. Les flavonoïdes ont un effet veinotonique très puissant, augmentant l’élasticité veineuse et la résistance des veines. Ses propriétés réduisent la perméabilité capillaire. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît son usage traditionnel dans le traitement des troubles de la circulation veineuse, qui peuvent être à l’origine du syndrome des jambes lourdes.

Marronnier d’Inde

Le marronnier d’Inde doit ses propriétés médicinales à ses graines et à son écorce. Leur action stimulante et protectrice sur les veines et les vaisseaux sanguins permet de réduire les œdèmes et inflammations. L’escine et l’esculoside contenu dans le marronnier d’inde favorisent la résistance des capillaires sanguins. L’escine a des propriétés anti-inflammatoires et contrôle la perméabilité des vaisseaux pour exercer une puissante action anti-œdémateuse.

Mélilot

Comme le gingko biloba, l’hamamélis ou le marronnier d’Inde, le mélilot contient des flavonoïdes, dont les effets bénéfiques sur l’insuffisance veineuse sont aujourd’hui établis. Ils exercent une action protectrice des veines. Les fleurs de mélilot contiennent également des coumarines qui ont un effet veinotonique et qui contribue à fluidifier le sang. Le mélilot contribue à diminuer les symptômes (douleurs, fourmillement, œdème) liés aux jambes lourdes. Précautions : le mélilot est déconseillé en cas de maladie du foie.

Petit houx

Le Fragon contient des saponines qui ont une action anti-inflammatoire et veinotonique très efficace et d’autre part, les flavonoïdes ont un effet diurétique, anti-œdémateux et protecteur des capillaires sanguins. Précautions : le petit-houx ne doit pas être utilisé sans avis médical en cas d’hypertension artérielle, en raison de ses propriétés vasoconstrictrices.

Myrtille

Ses anthocyanes sont efficaces en cas de fragilité capillaire, et aussi en cas d’insuffisance veineuse.

Saule blanc

Ses glycosides phénoliques ont un effet antiagrégant plaquettaire et anti-inflammatoire. Il est très actif lorsqu’il est en synergie avec l’hammamélis.

Vigne rouge

Les extraits de feuilles de vigne rouge sont également riches en flavonoïdes et en composants diminuant la perméabilité des vaisseaux capillaires, qui est un facteur favorisant les troubles de circulation veineuse. La vigne rouge est reconnue dans le traitement des manifestations de l’insuffisance veineuse, dont le syndrome des jambes lourdes fait partie. Précautions : la vigne rouge contient du resvératrol qui possède une activité proche des hormones de la famille des œstrogènes. Son usage est déconseillé chez les femmes présentant des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein ou de l’utérus.

De nombreux laboratoires proposent des compléments alimentaires, tisanes, … et autres produits, qui auraient des actions bénéfiques sur ce syndrome. Ces articles n’ayant pas d’objet commercial, nous ne recommandons aucun produit en particulier.

En savoir +

EurekaSanté.Vidal

PasseportSanté

L’auto-décontraction des trapèzes

Les trapèzes sont considérés comme des « muscles poubelles » ou « poubelles émotionnelles » et doivent être détendus.

SE POSITIONNER

. Debout ou assis sur une chaise le dos bien droit (sans tension)

. Les jambes écartées à la largeur du bassin

. Pratiquer la rétroversion du bassin pour réduire la cambrure lombaire

. Rentrer le menton, et imaginer qu’un fil imaginaire tire le haut de votre tête vers le ciel

SE PREPARER

. Chauffer vos mains en les frottant l’une contre l’autre

. Sans bouger le bassin, ni les épaules, tourner lentement la tête et regarder le plus loin possible vers la gauche puis vers la droite

. Prendre des repères visuels (à gauche et à droite)

. Revenir la tête au centre

SUIVRE LE PROTOCOLE

. Prendre fermement le trapèze gauche avec la main droite

  • 3 fois de suite, effectuer un mouvement lent de l’épaule de bas en haut
  • 3 fois de suite, effectuer un mouvement lent de l’épaule d’avant vers l’arrière
  • 3 fois de suite, effectuer un mouvement circulaire de l’épaule dans un sens puis dans l’autre

. Après cette série, masser doucement le trapèze gauche

. Doucement tourner la tête vers la gauche et vérifier votre repère visuel – A-T-IL CHANGE ?

. Même protocole avec le trapèze droit ; la main gauche tient fermement le trapèze droit

Après la mobilisation des 2 trapèzes, sans bouger le bassin, ni les épaules, tourner lentement la tête et regarder le plus loin possible vers la gauche et vers la droite

Vous pourrez constater que le champ de vision s’élargit de manière significative

Principaux aliments allergènes

Cette liste des principaux aliments allergènes non exhaustive est donnée à titre indicatif.

Chaque personne et chaque allergie sont uniques. Mais parfois, on ne se doute pas de ce qui peut nous faire du mal ou entraîner des dysfonctionnements mineurs (avec le risque de chronicité) dans notre organisme.

Riches en Histamine

* Fraises, épinards, tomates, choucroute

* Vin blanc, champagne +++

* Viande rouge, viande de porc, charcuteries

* Fromages fermentés (camembert, roquefort)

Coquillages : escargot, bigorneaux, moules, clams, coques, praires, huîtres

Crustacés : Crevettes, crabes, araignées de mer, tourteaux, homards, langoustines, écrevisses, calmars, poulpes

* Poissons : en conserves, frais conservés sur glace trop longtemps (surtout : thon, hareng fumé, maquereau, cabillaud, aiglefin)

 

Riches en Tyramine ou Henylethylamine (précurseurs de l’histamine)

* Chocolat (je sais …  😳  … c’est triste)

* Protéines animales : blanc d’œuf cru, fromages fermentés (camembert, roquefort), charcuterie, gibiers, abats

* Produits de la mer : hareng saur, thon, crevette, caviar

* Alcool : vin blanc, champagne, certains vins rouges, l’alcool en général

* Levures sous toutes ses formes : actives, en paillettes, de boulanger, ferments, pâtés végétaux, Miso, tamari, soyu…

* Pomme de terre, raisin, chou fermenté

 

Riches en Gluten A base de Cacahuète
* S.A.B.O. : Seigle, Avoine, Blé, Orge (Sarrasin +/-)

* Certaines légumineuses (cotyledon) : Soja, arachide, fèves

* Beurre, pâte, farine, grillée, fraîche, huile, …

ATTENTION : de nombreuses préparations alimentaires industrielles en contiennent sous différentes formes. Bien regarder les étiquettes !

 

A base de Lait de Vache Issus des produits de la Ruche
* Lait, fromages, yaourts, poudre, fromage blanc * Miel, propolis, pollen, gelée royale

 

Les Additifs
* Additifs alimentaires : conservateurs, colorants, arômes, releveurs de goût (glutamate de sodium !)

* Édulcorants de synthèse : aspartam, saccharine

* Agents antimicrobiens et antioxydants : nitrites très présents dans les charcuteries, fromages fermentés, viandes saumurées et préparation de hareng

 

Graines Germées : Caractéristiques et Bienfaits

Cette liste est non exhaustive et met en avant les graines que vous pouvez trouver facilement en magasins Bio et qui ne demandent pas de grande connaissance spécifique en culture hydroponique  😉 

Toutes ces graines germées peuvent compléter vos crudités, agrémenter vos sandwichs ou encas, décorer vos plats.

Sauf cas précisés, vous devez les consommer crues pour en retirer tous les bienfaits.

Prêt ? alors GERMINEZ !!!

Noms

Propriétés

Germination

Conseils

Alfalfa Protéines, sels minéraux (calcium, fer, magnésium, potassium, phosphore), vitamines A, B1, B2, B12, C, D et E 5 à 6 jours Avec les crudités
Aneth Protéines, potassium et calcium, et en vitamines A, B1, B2, B3 et C 8 à 10 jours Très aromatiques, elles accompagnent avec élégance les poissons et les légumes
Avoine Minéraux, vitamines A, C, D, E, K et complexe de B 2 à 3 jours Saveur douce, en accompagnement des salades ou des potages
Azuki Lysine, magnésium, phosphore et phyto-œstrogène 4 jours En salades ou en purée, elles seront toujours faciles à digérer
Basilic Fer, zinc, calcium et vitamines A, B et C 15 à 20 jours Saveur un peu piquante, les germes serviront d’aromate dans tous les plats
Blé Minéraux, vitamines A, C, D, E, K et complexe B 2 à 3 jours Saveur douce et sucrée, en accompagnement des salades ou des potages
Brocoli Antioxydants, purifient le foie et stimulent les défenses immunitaires 4 à 6 jours En agrément de toutes les salades, elles surprendront par leurs parfums subtils
Carotte Vitamines A, B1, B2, B3, B6, B9, C, D, E, K 8 à 9 jours Saveur douce-amère, en verdure ou aromate
Courge Riches en magnésium, fer, phosphore, zinc, cuivre, potassium, calcium, sodium, et en vitamines A, B, E et C, acides gras insaturés 2 à 3 jours
Cresson Potassium, calcium, sodium, magnésium, fer, manganèse et soufre 8 à 12 jours Saveur aromatique dans les salades, les potages, ou mixées et incorporées dans une purée de pomme de terre
Fenouil Minéraux et phyto-œstrogènes 8 à 10 jours

 

 

En accompagnement des poissons ou dans les salades d’été. Apporte une note anisée puissante
Fenugrec ou trigonelle Très riches en fer, phosphore et soufre, vitamines A, B1, C, F puis en B2, B3, B5 et D.

Contre l’anémie, pour la circulation du sang, dépuratif du foie, stimulant du pancréas

2 à 4 jours Goût fort et un peu amer
Haricot mungo ou soja vert Protéines et vitamine C.
Hypocalorique ce qui en fait un excellent allié minceur en complément d’un régime équilibré

5 jours (sous torchon pour garder la couleur blanche)

En crudités
Lentille Protéines,  fer et vitamines C, E, A, B1, B2, B3, B6 et B12, phosphore, manganèse, zinc

2 à 4 jours

Saveur douce-amère en crudités, en purée ou en potage
Lin ou Linette Emollient et laxatif doux, diurétique et adoucissant. Inflammations des voies digestives et urinaires Dès qu’apparaissent deux folioles, qui s’ouvrent en laissant tomber les téguments, les pousses de graines germées sont prêtes à être consommées
Millet entier Vitamines A et phosphore, magnésium, fer 2 à 4 jours Nature ou en accompagnement de salades
Moutarde Calcium et fer, vitamines C, A, B1 et B2 6 à 7 jours En salade ou en aromate, pour épicer les mets
Navet Minéraux, vitamines C, A et en antioxydants 4 à 5 jours En pousses vertes dans les potages ou en crudités
Oignons Zinc, manganèse, vitamines C, A et complexe de B 9 à 10 jours En pousses crues, saveur piquante et en aromates dans les salades et en crudités
Persil Vitamine C et minéraux 4 à 6 jours Goût du persil en plus doux  En aromates dans tous les mets et les potages
Poireau Diurétique, calcium et fer, avec aussi de l’iode, du zinc et du cuivre. Vitamines A, B1, B2, B3, B9, C, E

9 à 11 jours

Saveur piquante, relève tous les plats.
Parfaites dans les salades, les pâtes et les potages
Pois chiche Fer, phosphore, vitamines B1, B2, B3, C et A Max 3 jours Ebouillantés en salade ou cuits à la vapeur en plat de résistance
Quinoa Fer et phosphore 2 à 3 jours Se consomme à volonté dans les salades, les crudités ou cuit dans vos plats
Radis noir Vitamines B1 et C. Minéraux : calcium, fer, zinc. Contribue à stimuler le foie et la vésicule biliaire.
Dépuratif puissant à consommer en cures régulières pour une élimination efficace des toxines
4 à 5 jours Goût poivré. Attention, comme il fermente assez facilement, il est bon de les rincer plus fréquemment (3 x par jour). A consommer idéalement crues avec assaisonnement léger en accompagnement de salades, sandwichs, omelettes, potages
Riz

Magnésium et phosphore. Vitamines A, B1, B2, B3, B5, B6, B7, B8, B9, B12, B15 et P

3 à 5 jours

 

 

Saveur douce dans les salades
Roquette Soufre, sodium, potassium, calcium, phosphore, vit C

5 à 6 jours

 

Saveur piquante mais très agréable. Sur les salades et les légumes
Sarrasin Acides aminés essentiels, vitamines B1, B2, B5, P. Sels minéraux : magnésium, phosphore, calcium, potassium 2 à 3 jours

 

 

 

 

Se prête également à une germination prolongée pour consommer les jeunes pousses de 10 à 15 cm de haut, en salade ou pour en extraire le jus
Seigle Protéines, sels minéraux, vitamines B, C, E 3 jours

 

En accompagnement de salades ou dans des galettes légèrement poêlées
Tournesol Lipides, vitamines A, B1, B2, B6, B12, D, E, F et K. Contient des AAE et  des minéraux 3 à 6 jours

 

 

 

En pousses crues sur les salades, les crudités.
En germe à croquer en apéritif
Trèfle pourpre 8 AAE et vitamines A, C et D. Minéraux : calcium, fer, cobalt, iode, magnésium, manganèse, potassium, phosphore, sodium et zinc. 5 à 7 jours

 

 

 

 

Nature ou en accompagnement
Trèfle rouge Vitamines B, C, E et pro-vitamine A et minéraux +++.
Stimule les défenses immunitaires et ralentit le vieillissement cellulaire par ses propriétés anti-oxydantes

5 à 7 jours

 

 

 

 

 

 

A consommer idéalement crues avec assaisonnement léger (huile d’olive, vinaigre balsamique, sel, poivre), en accompagnement de salades, sandwichs, omelettes, potages

Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Pour tout usage des graines germées dans un but thérapeutique, consultez un médecin.

Envie de faire pousser une Bombe dans votre cuisine ? Toutes les clés de la fabrication ICI.

En savoir +

Site « Mes Graines Germées »

Lire
  • « Les graines germées de A à Z » de Carole Dougoud Chavannes – Editeur Jouvence
  • « Prodigieuses graines germées » de Pascal Labbé – Editeur Terran 
  • « Graines germées » de Valérie Cupillard – Editeur La Plage

 

Graines Germées : une Bombe à nutriments !

La consommation des graines germées ne date pas d’hier. L’homme en consomme depuis l’antiquité. Elles faisaient partie du quotidien des Sumériens, Celtes, Chinois, Esséniens, …

VITALITE +++

Les graines germées font partie des aliments dits « biogéniques », ce sont les aliments qui regorgent le plus d’énergie et de vitalité ! Chaque graine possède en elle le potentiel énergétique nécessaire pour faire naître une plante ou un arbre entier. Les graines germées sont donc de véritables condensés de vie.

Elles ont aussi la capacité de régénérer et de revitaliser l’organisme. Elles contiennent un très gros potentiel d’énergie électromagnétique qui va venir recharger les batteries de notre corps.

Cette photo représente la puissance électromagnétique d’une graine de courge germée. Impressionnant, non ?!

L’image ci-dessous montre la différence entre un aliment cuit (à gauche) et un aliment cru (à droite). Pourquoi faire encore cuire nos aliments ?! (réponse à lire dans un prochain article).

Photos réalisées grâce au procédé de Photographie Kirlian.

MICRONUTRIMENTS +++

Les graines germées sont de véritables petites bombes nutritives qui abondent de vitamines (C, A, E, D, K, complexe des vitamines B) et de minéraux (phosphore, calcium, magnésium, potassium, fer…) !

C’est aussi une très bonne source d’antioxydants, d’acides aminés bio-disponibles et de fibres alimentaires.

De plus les graines germées possèdent beaucoup plus de micronutriments (vitamines, minéraux, enzymes…) que leurs versions non germées.

L’eau et la chaleur vont permettre à la graine de se réveiller, c’est la germination. Dès lors, l’activité enzymatique de la graine s’amorce. La graine, en se « réveillant », va augmenter considérablement la quantité de ses vitamines et de ses minéraux.

BIENFAITS +++
  • Augmentation de la vitalité
  • Renforcement du cœur (prévention contre les risques cardiovasculaires)
  • Renforcement du système immunitaire
  • Amélioration de la digestion
  • Reconstitution/régénération des cellules et des tissus (grâce à un taux élevé en protéines végétales)
  • Entretien des muscles et des os (grâce à la présence de potassium)
  • Régénération de l’organisme
  • Faibles en calories – Index Glycémique (IG) bas
  • Alliées de notre système nerveux

Chaque graine possède ses propres caractéristiques et bienfaits spécifiques : liste ICI.

Envie de faire pousser une Bombe dans votre cuisine ? Toutes les clés de la fabrication ICI.

En savoir +

Dr. Edmond Bordeaux Székély – Fondateur de la Société de Biogénique

Site « Mes Graines Germées »

 

Les Bienfaits de la Mastication

« Avaler tout rond » est courant dans nos sociétés « modernes ». Pourtant, les rôles de la mastication sont multiples et fondamentaux. C’est le premier maillon de la digestion, là où le travail commence et il n’est pas à négliger.

En effet, ce qui nous intéresse dans un aliment, c’est sa richesse en nutriments, et comment ils vont être absorbés par l’intestin, puis assimilés par les cellules.

Mais si, dès l’entrée dans la bouche, premier site du tube digestif, l’aliment est mal mastiqué, qu’en sera-t-il de l’absorption ? Et de l’assimilation ? Quels efforts devront fournir les autres organes du tube digestif pour arriver à l’un des buts de l’alimentation : la nutrition cellulaire ?

Rôle de programmation digestive

Les 1ères informations reçues en bouche (composition de l’aliment et du bol alimentaire) préparent au bon déroulement des actions enzymatiques digestives (sécrétion des sucs gastriques, pancréatiques et intestinaux) via l’hypothalamus.

Rôles Mécaniques

  • Broyer les aliments, pour alléger le travail musculaire de l’estomac dans la suite du processus de digestion
  • Humidifier ou diluer les aliments pour favoriser le travail biochimique de l’estomac et rendre possible les bénéfices suivants :
  • Bénéfice Organoleptique

Une fois humidifiés, les aliments induisent une réaction gustative : saveurs (acide, sucré, salé, amer et piquant), arômes et texture.

  • Bénéfice Psychoaffectif

L’aliment en bouche stimule les sens et réveille des souvenirs agréables (plaisir) ou désagréables (déplaisir) en fonction du passif personnel. C’est un véritable exercice de mobilisation de la volonté.

  • Bénéfice Biochimique

Action de l’enzyme amylase salivaire qui assure la 1ère étape de la digestion des amidons (dissociation en molécules plus petites). Sans cette action, les amidons ne peuvent être assimilés par la cellule.

  • Bénéfice « satiétant » et amincissant

Une mastication plus longue induit un effet réplétif (satiété), modérateur sur l’appétit et par extension un effet amincissant.

  • Bénéfice antiseptique

Le lysozyme salivaire est une protéine désinfectante. Elle est importante pour les personnes à risque et pour les repas que l’on n’a pas préparé soi-même.

Pour toutes ces raisons, tout aliment devrait être mastiqué, quel que soit sa consistance : solide ou liquide, pour en révéler toutes les saveurs et arômes, pour potentialiser le plaisir du repas, pour faciliter la digestion.

Lorsqu’un aliment a été suffisamment mastiqué, il se délite tout seul en bouche.

Si la mastication est trop rapide ou inexistante, un nombre de mastication par bouchée pourra être déterminé (entre 20 et 40), sans que cela ne devienne source de stress ou de « fixation » J

Le petit +La mastication en Pleine Conscience !

« La Pleine Conscience consiste à intensifier sa présence à l’instant, à s’immobiliser pour s’en imprégner, au lieu de s’en échapper ou de vouloir le modifier, par l’acte ou la pensée ». – Christophe André.

« Alors l’esprit ne regarde ni en avant ni en arrière. Le seul présent est notre bonheur » – Goethe.

Quand vous mangez un plat, une bouchée, concentrez-vous sur cette bouchée et prenez conscience des sensations qu’elle vous procure : chaud, froid, doux, amer, piquant, sucré, … faites la tourner dans votre bouche, croquez-la à droite, à gauche, … ressentez sa structure : rugueuse, molle, douce, … et si une pensée parasite s’interpose à votre ressenti, c’est OK, laissez-la filer à travers vous et revenez à vos sensations de mastication.

Avec ce petit jeu, vous découvrirez de nouvelles saveurs à vos aliments et la mastication deviendra un réel plaisir. Faites l’exercice avec un seul grain de raisin et vous aurez l’impression qu’il peut être un repas à lui tout seul.